Décompte olympique

En attendant les Jeux de Rio, Women-it publie un article par jour sur la grande histoire du sport, entre anecdotes et portraits de femmes sacrées durant cette compétition mondiale. 

Rêve olympique

C’est non sans émotion que Women-it clôt son « Décompte olympique », un fil rouge d’infos, portraits et anecdotes. 100 jours très exactement ! Un temps long et court à la fois car les Jeux de Rio sont déjà là. Une cérémonie d’ouverture prévue à 1h la nuit prochaine, regardée par des millions de personnes à travers le monde. Des Jeux attendus par les sportifs pour concrétiser un rêve, fruit d’un sacrifice de vie. Un rêve aussi partagé par tous les amoureux du sport pour qui les JO sont la grand messe à ne pas rater. Le sport y trouve toute sa place, dans une émotion qui lui est propre. 

Une histoire de sport

Coup dur à la veille de la cérémonie d’ouverture pour l’équipe de France de basket. La capitaine Céline Dumerc s’est blessée à la cheville gauche lors d’un entraînement ce mercredi. Une entorse l’empêchera de participer aux Jeux de Rio. Néanmoins, cela va donner la chance à une autre joueuse de montrer son potentiel. Amel Bouderra, 27 ans et meneuse de Charleville Mézières, a été appelée en urgence par le directeur technique national et l’entraîneur de l’équipe, Valérie Garnier. La Mulhousienne d’origine, élue meilleure joueuse française cette année, décollera dès ce soir pour rejoindre l’équipe d’ici demain. 

Nuits sportives

Rio c’est maintenant ! Tout du moins pour le tournoi de football féminin qui a démarré aujourd’hui. L’équipe de France donne rendez-vous à ses supporters à 3h du matin (heure française). Le match sera à suivre sur France 4. Les Bleues affronteront la Colombie pour leur entame du tournoi olympique. La fédération française a toutefois voulu immerger le spectateur dans la vie de l’équipe quelques heures avant la rencontre. Visite guidée et commentée par la milieu de terrain Camille Abily.

 

Modèle de précocité

Parmi les athlètes présentes à Rio, Ruth Jebet, jeune femme de 19 ans, concourra pour le Bahreïn. La Kényane d’origine est présentée comme favorite sur le 3000m steeple. Ses performances récentes parlent pour elle comme à Eugene (aux Etats-Unis) en mai dernier lors de la Ligue de Diamant. Ruth Jebet avait signé un temps de 8’59″97. Un chrono qui représente le deuxième meilleur temps de l’histoire sur 3000m steeple. 

 

Paire française

Caroline Garcia et Kristina Mladenovic feront la paire à Rio pour le tournoi de tennis olympique. Leur victoire en double à Roland Garros a donné un atout de poids aux deux tenniswomen de 23 ans. Les tableaux de double dames et messieurs compteront 32 équipes qui joueront en cinq tours. Début des matchs prévu le 6 août avec la finale du double dames programmée pour le 14. 

Sabreuse en vol

Cécilia Berder, 27 ans au mois de décembre, représentera la France au sabre à Rio. Un article très « familial » a été publié aujourd’hui par le Télégramme. Il relate l’aventure collective qui s’annonce pour la jeune sabreuse, vice-championne du monde en 2015. Une vingtaine de membres de sa famille et de ses amis vont se joindre au voyage brésilien pour l’encourager. Un soutien de choix pour celle qui incarne une des chances de médailles françaises aux Jeux de Rio. 

La Jamaïque aux couleurs féminines

Shelly-Ann Fraser sera la porte-drapeau de la Jamaïque pour les Jeux de Rio. La double championne olympique du 100m succède ainsi à un autre athlète star de son pays, Usain Bolt. Ce dernier a tenu ce rôle en 2012 pour les Jeux de Londres. La sprinteuse de 30 ans est la seule athlète à détenir deux titres olympiques et trois médailles d’or mondiales dans sa discipline. Connue pour ses coiffures originales, Shelly-Ann Fraser devrait être inspirée pour l’édition brésilienne. 

Jeune pousse

A tout juste 16 ans, Marine Boyer va participer à ses premiers Jeux Olympiques. Meilleure junior française en 2015, la jeune fille nous indique sur sa page Facebook être bien arrivée à Rio ! Les réseaux sociaux voient aussi circuler une vidéo de Marine Boyer sur la page France Olympique où elle affiche ses objectifs avec une finale en poutre envisagée. Bonne chance à cette jeune pousse ! 

Ils vont nager dans la m****

Un article intéressant du New-York Times daté du 26 juillet (intitulé « keep Your Mouth Closed : Aquatic Olympians Face a Toxic Stew in Rio ») met en garde les athlètes qui se rendront à Rio. « Gardez la bouche fermée », l’avertissement est clair et sensibilise à la mauvaise qualité d’eau des littoraux. Déchets à la dérive, matières fécales et même cadavres humains flotteraient dans la baie de Rio. Des scientifiques, Brésiliens notamment, mettent en garde les nageurs, navigateurs et windsurfers qui prendront part aux Jeux Olympiques. Leurs études, présentées comme indépendantes, précisent que des bactéries et des virus sont présents dans les eaux autour des villes du littoral. Une marée de saletés directement liée à l’absence significative d’action de nettoyage et de dépollution. Une information qui s’ajoute ainsi aux critiques déjà formulées à l’encontre des Jeux brésiliens. 

Triple dose

Le triathlon figurera pour la cinquième fois aux Jeux Olympiques (depuis Sydney en 2000) et pour la première fois cette année aux Jeux Paralympiques de Rio. La parité est respectée en 2016 avec 55 athlètes féminines et autant de triathlètes masculins pour les Jeux du mois d’août. Les femmes débuteront leur compétition le 20 août. Au menu, 1500m de natation en mer, 40km de vélo et 10km de course à pied. Un programme qui ne fait pas peur à Cassandre Beaugrand, championne d’Europe Junior, qui participera pour la première fois aux Jeux Olympiques. La jeune femme de 19 ans a déclaré « je n’ai pas de pression et cela peut se transformer en avantage ». 

Marathon aquatique

Apparu aux Jeux de Pékin, le marathon aquatique est désormais une discipline à part entière. Les dix kilomètres de nage en eau libre verront deux courses se tenir, masculine (25 nageurs) et féminines (25 nageuses). La favorite de l’épreuve pourrait bien être la Française Aurélie Muller, championne du monde et d’Europe en titre. La Mosellane de 26 ans peaufine sa préparation en vue de sa course du 15 août. 

Les porte-drapeaux

Teddy Rinner a officiellement été désigné porte-drapeau dimanche après l’arrivée du Tour de France cycliste sur les Champs-Elysées. L’occasion de se rappeler des femmes qui ont endossé ce rôle important. Et elles ne sont pas nombreuses, trois sportives sur les vingt-trois olympiades estivales où la France a concouru. La nageuse Christine Caron pour les Jeux de Mexico en 1968, l’athlète Marie-Josée Pérec pour les Jeux d’Atlanta en 1996 et l’épéiste Laura Flessel à Londres en 2012. 

La Russie en sursis

Les athlètes russes ont encore une chance de participer aux Jeux de Rio après l’annonce ce dimanche du CIO de laisser la main aux fédérations sportives internationales sur les cas de dopage. Une décision qui va notamment à l’encontre de celle donnée par le TAS (Tribunal arbitral du sport) jeudi dernier qui rejettait, en appel, la demande de participation de 68 athlètes russes. Les sportifs, hormis la délégation d’athlétisme dont le sort a été scellé par l’IAAF (l’instance internationale regroupant les fédérations d’athlétisme) et le TAS, pourront ainsi présenter leur demande à chaque fédération internationale concernée. Le CIO exige toutefois des dossiers sans aucune accusation de dopage antérieure. Ce qui disqualifie par exemple Ioulia Stepanova, coureuse de 800m et qui avait donné l’alerte sur le dopage organisé en Russie. La sportive a en effet été suspendue pour dopage en 2013. Le tri voulu par le CIO s’annonce difficile tant le système de dopage organisé par l’Etat russe semble avoir été complexe et de grande ampleur. 

Les golfeuses

Parmi les 396 athlètes de la délégation française à Rio, deux golfeuses tenteront leur chance. Karine Icher (37 ans) et Gwladys Nocera (41 ans) représentent ce qui se fait de mieux au niveau tricolore. Les deux joueuses participeront ainsi au tournoi olympique programmé du 17 au 20 août. Au Rolex Rankings, classement mondial en matière de golf, Karine Icher est 58ème tandis que Gwladys Nocera se classe 135ème. 

Un temps de retard

L’Américaine Kendra Harrison a battu un record vieux de 28 ans ce vendredi 22 juillet. Elle a remporté le 100m haies lors de la Ligue de Diamant à Londres en 12″20. Le record de la distance était détenu auparavant par la Bulgare Yordonka Donkova, établi en 1988 à Zagreb. Kendra Harrison l’a amélioré d’un centième. Une belle performance mais qui arrive trop tard pour la jeune athlète de 23 ans. Kendra Harrison n’a pas été sélectionnée pour Rio, faute d’un temps suffisant, en début de mois. 

Mauvaise pub

A quelques jours des Jeux, le dopage fait encore une fois la une. Après la décision du Tribunal arbitral du sport (le TAS) confirmant l’interdiction d’olympiade pour les athlètes russes, le couperet est à nouveau tombé. Le CIO, le Comité international olympique, a dévoilé le 22 juillet 45 nouveaux cas de dopages. Il s’agit d’athlètes ayant participé aux Jeux de Pékin en 2008 et aux Jeux de Londres en 2012. Il s’agit en fait de résultats « ré »analysés depuis ces compétitions. Cela porte à 98 le nombre d’athlètes tricheurs et dont les échantillons ont été revus. Un scénario qui pourrait se répéter si le CIO poursuivait ses investigations. 

Eternelle Merlene

Merlene Ottey est devenue la première athlète caribéenne à être médaillée olympique. C’était en 1980 à Moscou pour une médaille de bronze. La Jamaïcaine a ainsi récolté neuf médailles olympiques au total. Elle détient le record de participation aux Jeux avec sept éditions au compteur. La sprinteuse, devenue Slovène depuis quelques années, a couru jusqu’à l’âge de 52 ans en compétition internationale. 

Motivation sans faille

Gabrielle Douglas, gymnaste superstar américaine, a prévenu. Il faudra compter sur sa présence à Rio et sur son envie de décrocher à nouveau l’or olympique. La jeune gymnaste de 20 ans possède déjà deux médailles d’or dont une décrochée au concours général individuel en 2012 à Londres. La seconde l’a été par équipe.

Chroniques sonores

Les Jeux se rapprochent et la couverture médiatique prend de l’ampleur. France Info par exemple, a lancé ses « Histoires de JO », des chroniques estivales retraçant les grands moments de l’Histoire olympique. Parmi les épisodes sonores, celui retraçant l’histoire de Helen Mayer, athlète juive sélectionnée pour l’Allemagne en 1936. Le pays, sous la mainmise d’Hitler, consent à envoyer une sportive de confession juive pour éviter les boycotts. Helen Mayer a ainsi participé aux Jeux de Berlin et remporté une médaille d’argent. 

Visite virtuelle

Un musée olympique a ouvert ses portes le 5 juillet dans le Nord de Rio et permet de survoler « virtuellement » les sites olympiques. Equipés de casques spécifiques, les heureux visiteurs peuvent ainsi apercevoir le Pain de Sucre, le village olympique ou encore la plage de Copacabana. Une animation ludique qui s’ajoute à celles imaginées spécialement pour ces Jeux brésiliens. 

Le Canada se souvient

Tandis que Women-it compte les jours à l’approche de Rio, Montréal76 un compte twitter, remonte le fil de l’histoire avec des souvenirs des Jeux de Montréal en 1976. Plusieurs photos d’archives sont postées chaque jour sur ce compte en lien avec celui d’Olympique24_7. Des tas de photos et d’informations sur les performances sportives individuelles ou collectives, sur les podiums et coulisses de l’époque. La mémoire du sport revit et fait à nouveau vibrer les « followers » 40 ans plus tard. Une émotion que seul le sport procure et que l’on a hâte de revivre encore au mois d’août. 

A l'étendard

Wendie Renard, footballeuse française originaire de Martinique, pourrait être la prochaine porte-drapeau de la délégation française. Même si la concurrence est rude, la capitaine qui évolue en défense peut faire valoir son palmarès d’internationale. A l’OL depuis 2010, Wendie Renard a remporté dix championnats de France et trois Ligues des Champions. Elle compte aussi 76 sélections avec les Bleues et avait été quart de finaliste l’année dernière pour la Coupe du monde au Canada.  

Chiffre record pour la France

396, c’est le nombre d’athlètes français qui participeront cet été aux Jeux de Rio. 228 hommes et 168 femmes précisément. Les chiffres ont été dévoilés par le Comité National Olympique et Sportif Français (CNOSF). La délégation est ainsi la plus importante de l’histoire des Jeux depuis Barcelone en 1992 où 352 athlètes étaient engagés dans la compétition. Neuf sportifs peuvent prétendre au rôle de porte-drapeau dont les footballeuses Wendie Renard et Laura Georges, la lanceuse de disque Mélina Robert-Michon, la basketteuse Céline Dumerc ou encore l’escrimeuse Cécilia Berder. Le nom du porte-drapeau sera dévoilé le 24 juillet sur les Champs-Elysées après l’arrivée du Tour de France cycliste. 

Allison Pineau sera du voyage

Bonne nouvelle pour l’équipe de France de handball et la participation aux prochains Jeux de Rio d’Allison Pineau. La demi-centre de 27 ans s’était blessée à la cheville début juillet à l’entraînement. L’entorse finalement sans gravité, n’empêchera pas l’une des meilleures joueuses de sa génération d’accéder au rêve olympique. En Norvège du 21 au 24 juillet pour trois matchs de préparation, Allison Pineau devrait toutefois observer le jeu de ses co-équipières du banc. 

Hockey sur gazon

Dribbles, penalty, ou encore tirs tendus, le hockey sur gazon réserve toujours un beau spectacle à son public. Les femmes le pratiquent depuis les Jeux de 1980 en Russie. Elles auront à nouveau accès au tournoi pour la compétition brésilienne. Les Pays-Bas mènent le classement des médailles olympiques avec 7 breloques dont trois en or. 

Un succès planétaire

Les Jeux de Rio, les premiers de l’histoire olympique à être organisés en Amérique du Sud, ont plus de succès en-dehors du continent. Les billets sont davantage réservés aux Etats-Unis, en France ou encore au Japon qu’en Amérique du Sud. 4,3 millions de tickets ont été vendus sur les 6 millions disponibles. Près de 70% des billets ont été achetés au Brésil, le reste à l’étranger. Force est de constater que les Jeux Olympiques suscitent moins d’engouement que le dernier Mondial de football organisé en 2014 au Brésil. Le virus Zika aura aussi eu un impact sur la fréquentation de cette 31ème olympiade. 

Engranger de l'expérience

Rénelle Lamote, 23 ans en décembre prochain, a gagné sa première médaille internationale chez les seniors hier sur 800m. Devenue vice-championne d’Europe à Amsterdam, la jeune Française se construit une expérience pré-olympique. Rénelle Lamote a déclaré après sa course, avoir désormais une idée de ce qui se passera à Rio. Un niveau relevé avec des adversaires prêtes à en découdre dès les séries. 

Elles jouent la qualif

Floriane Gnafoua, Céline Distel-Bonnet, Jennifer Galais et Stella Akakpo se sont qualifiées aujourd’hui pour la finale du 4X100m à Amsterdam. L’équipe française participe au Championnat d’Europe d’athlétisme. Repêchées au temps (43″06 en demi-finale), les Françaises jouent également leur qualification pour les Jeux Olympiques. Le dénouement aura lieu demain pour la finale tant attendue. Les Bleues assurent qu’elles en ont encore sous le pied. 

Les cavaliers de Rio

L’équitation française sera sans doute l’un des sports les mieux représentés à Rio ! La fédération nationale a présenté sa « longue » liste de cavaliers potentiels pour les Jeux. Saut d’obstacles, concours complet et dressage compte six cavalières sélectionnables (Pénélope Leprevost, Gwendolen Fer, Marie-Emilie Bretenoux, Stéphanie Brieussel, Marine Subileau et Karen Tebar). La liste définitive sera dévoilée le 13 juillet après validation des athlètes par le Comité National Olympique et Sportif Français (CNOSF). 

A l'heure du choix

Rio, dernier rendez-vous de haut niveau pour l’internationale Louisa Necib. La footballeuse française a annoncé sa retraite imminente. A 29 ans, 139 sélections nationales et 34 buts marqués avec les Bleues, Louisa Necib a choisi de se consacrer à sa vie privée après ce qui sera sa dernière compétition internationale. La sportive, mariée il y a peu avec l’international Liassine Cadamuro, souhaite désormais se consacrer à sa vie de famille. Louisa Necib s’en va aussi avec les honneurs au plan national après avoir remporté le titre de champion de France avec son club de Lyon en mai dernier.

Plongée en eau olympique

La FINA, la Fédération internationale de natation, a mis en ligne la liste complète des participants aux prochains Jeux d’été dans la discipline du plongeon. Les femmes participeront à quatre épreuves (3m, 3m synchronisé, 10m et 10m synchronisé). Elles seront 68 qualifiées issues d’une vingtaine de nations différentes. La France sera représentée par Laura Marino sur l’épreuve du 10m individuel. La liste complète des athlètes qualifiés pour Rio est à retrouver sur le site de la FINA : www.fina.org/content/rio-2016-diving-participating-athletes

De 15 à 7

Jessy Trémoulière, arrière du XV de France, a été retenue dans le collectif qui partira pour Rio cet été. La joueuse de 23 ans, championne de France avec son club de Romagnat, devra s’adapter au jeu à VII pour les Jeux. Jessy Trémoulière a signé un contrat semi professionnel l’année dernière avec la Fédération Française de rugby. Un nouveau statut qui lui a permis d’intégrer l’équipe de France sélectionnée pour Rio. La jeune rugbywoman participera ainsi à l’histoire de son sport en jouant le premier tournoi féminin olympique. La France entamera la compétition le 6 août. 

La fusée Allyson

Athlète américaine, Allyson Felix a signé la meilleure performance mondiale de l’année sur 400m lors des sélections nationales aujourd’hui à Eugene (Oregon). Elle a remporté la course avec un temps de 49″68. La Californienne de 30 ans parle d’un exploit après une blessure à la cheville au mois d’avril dernier. Allyson Felix et ses foulées légendaires visent le doublé 200 et 400m à Rio. Seules deux athlètes avant elle ont réussi le pari, sa compatriote Valerie Brisco-Hooks en 1984 et la Française Marie-José Pérec en 1996. 

Première athlète repêchée

Yulia Stepanova, athlète russe spécialiste du 800m, sera peut-être l’une des premières sportives russes à être autorisée à participer aux Jeux de Rio. Son pays et plus précisément la fédération russe d’athlétisme a été suspendue suite à la révélation d’un système de dopage organisé au niveau national. Yulia Stepanova et son mari Vitaly avaient osé dénoncer ce système de dopage. C’est à ce titre que Yulia Stepanova est désormais autorisée à disputer les compétitions internationales en tant qu’athlète neutre. La fédération internationale d’athlétisme, l’IAAF, doit se prononcer sur son sort ainsi que ceux d’autres sportifs russes d’ici la fin de semaine. 

Cate Campbell et sa tenue olympique pour Rio

Cate Campbell et sa tenue olympique pour Rio

Tel un dauphin

La nageuse australienne Cate Campbell a sans doute voulu se rassurer avant Rio en signant ce 2 juillet un nouveau record mondial sur 100m nage libre à Brisbane. L’athlète de 24 ans née au Malawi, a terminé sa course en 52″06 soit un centième de mieux que le précédent record détenu par l’Allemande Britta Steffen. Membre de l’équipe nationale australienne des Dolphins, Cate Campbell aborde ainsi plus sereinement la dernière ligne droite vers les Jeux Olympiques.  

Mises à nu

Trois athlètes britanniques, en partance pour Rio, viennent de lancer une campagne de pub pour le moins audacieuse. Elles ont décidé de se mettre en petite tenue pour montrer que force et féminité peuvent s’accorder. Les athlètes participent ainsi à la campagne nationale « BeStrongBeBeautiful » pour inciter les adolescentes à se mettre au sport. Les images mettent en scène différentes représentantes des disciplines sportives comme la tireuse Amber Hill, la sauteuse en longueur Stéphanie Reid ou encore la véliplanchiste Bryony Shaw (médaille de bronze à Londres en 2012). 

Dépaysement

L’équipe de Chine se prépare pour les Jeux de Rio dans un petit coin d’Alsace ! C’est à Raedersheim que les joueuses de Bruno Bini (ancien sélectionneur de l’équipe de France entre 2007 et 2013) ont élu domicile sur la pelouse de l’AS Raedersheim pour quelques jours. Les entraînements, ouverts au public, se succèderont jusqu’au 11 juillet, date du match de préparation de la sélection. Grande nation du football, les Chinoises avaient atteint le quart de finale en 2008 aux Jeux de Pékin. Elles n’avaient pas été sélectionnées pour les Jeux de Londres en 2012. 

Chez les pistards

Sandie Clair, 28 ans, fera partie de la délégation française à Rio. Cycliste sur piste spécialiste du sprint, la Française possède un titre de championne du monde chez les juniors et dix titres de championne d’Europe dont deux obtenus en élite. Licenciée à l’US Créteil, Sandie Clair avait terminé 6ème par équipe à Londres en 2012 sur l’épreuve de vitesse. Un résultat perfectible qui verra peut-être une performance cet été à Rio pour celle qui aime faire jouer son explosivité. 

La reine Serena

Le tennis actuel est mené de main de maître par l’Américaine Serena Williams. Médaillée d’or aux Jeux de Londres en 2012, Serena Williams collectionne aussi les titres avec sa soeur Venus. Ensemble, elles ont décroché trois titres olympiques en double, dont le premier en 2000 à Sydney. L’athlète de 35 ans espère bien briller à nouveau à Rio. Serena Williams aime les Jeux et entend défendre son titre cette année.  

Cycliste dorée

Julie Bresset est entrée dans l’histoire olympique et est montée sur le podium des femmes les plus médaillées en VTT cross-country avec son titre olympique gagné à Londres en 2012. La Bretonne de 27 ans possède un palmarès personnel étoffé. Devenue championne du monde des moins de 23 ans en 2011, Julie Bresset a obtenu son titre olympique l’année suivante. La sportive a commencé le VTT dès le plus jeune âge et a enchaîné les titres nationaux et internationaux à partir de 2007. Julie Bresset sera toutefois absente cet été à Rio. Atteinte par une mononucléose début mai, elle espère néanmoins reprendre son vélo d’ici la mi-juillet. 

Oiseau des parquets

L’armada américaine est en marche. La sélection féminine de basket est bouclée et avance des noms aussi redoutables que Brittney Griner, Elena Delle Donne, Diana Taurasi, Seimone Augustus ou encore Sue Bird. Cette dernière est une meneuse âgée de 35 ans (elle mesure 1,75m pour 68kg) et au palmarès impressionnant. Sue Bird est tout simplement l’athlète la plus médaillée au niveau mondial dans la discipline. Elle a aussi fait partie des sélections qui ont remporté l’or olympique en 2004, 2008 et 2012. Sue Bird évolue actuellement dans le club du Storm de Seattle. 

Légende de l'escrime

Valentina Vezzali, fleurettiste italienne, est la femme la plus médaillée en la matière. Elle totalise neuf médailles olympiques dont six titres. Agée de 42 ans, l’athlète a terminé sa carrière en ce début d’année ! Un record et une marque de son énorme potentiel. Valentina Vezzali a commencé l’escrime à l’âge de six ans et ne s’est plus arrêtée depuis. Vezzali a marqué les esprits, surtout ceux de ses adversaires, par une ténacité exemplaire. 

Coup de pied olympique

Anne-Caroline Graffe, taekwondoïste française de 30 ans, sera du voyage à Rio en tant que remplaçante de Gwladys Epangue. Opérée de la hanche en début d’année, Anne-Caroline Graffe avait pris la médaille d’argent à Londres en 2012 (catégorie +67kg). La jeune femme partira ainsi dans un rôle complexe à gérer. Remplaçante, c’est-à-dire pas sûre de combattre sur la compétition olympique. Anne-Caroline Graffe assure toutefois s’entraîner dur et garder la motivation d’ici les Jeux d’été pour rester prête au cas où l’équipe aurait besoin d’elle.

Vers le slalom olympique

Marie-Zélia Lafont est une kayakiste française sélectionnée pour le slalom à Rio. La jeune femme, originaire d’Orthez, s’est imposée en clôture de la Coupe du monde à Pau le 19 juin. Elle a ainsi devancé la Slovaque Jana Dukatova et l’Espagnole Maïalen Chourraut. Marie-Zélia Lafont était la seule représentante française de cette finale. De bon augure pour l’athlète âgée de 29 ans et déjà vue comme la prochaine grande sportive en la matière après Emilie Fer. 

Foulée gagnante

Floria Gueï, spécialiste du 400m, a battu son propre record début juin lors de la 6ème étape de la Ligue de Diamant à Birmingham. Avec un temps de 50″84 (son ancien record était de 50″89), la Française a remporté la victoire devant la Jamaïquaine Christine Day (51″09) et l’Australienne Morgan Mitchell (51″25). Ce bon résultat propulse aussi Floria Gueï dans l’aventure olympique puisqu’elle a ainsi passé les minima affichés à 51″30. L’athlète de 26 ans, née à Nantes et actuellement licenciée au club de l’Entente Sud Lyonnais, se lancera à la conquête d’une médaille lors des prochains Jeux.

Boisson limitée

L’équipe de volley brésilienne se prépare pour les Jeux sur le plan tactique et physique. La commission technique réalise désormais des tests urinaires et de transpiration sur les joueuses pour connaître leur niveau de déshydratation pendant l’effort. Selon les résultats, chaque athlète reçoit une dose de sodium et de carbohydrates à mélanger avec de l’eau à la suite des entraînements. Les quantités d’eau sont ainsi étudiées pour chaque volleyeuse. Les filles de José Robert Guimaraes prennent soin d’elles en vue d’un troisième titre olympique cette année. 

 

Le club des sept

La France sera représentée par sept femmes de talent aux Jeux de Rio. On retrouvera sur les tatamis les judokates Laetitia Payet (-48kg), Priscilla Gneto (-52kg), Automne Pavia (-57kg), Clarisse Agbegnenou (-63kg), Gévrise Emane (-70kg), Audrey Tcheuméo (-78kg) et Emilie Andeol (+78kg). La délégation française sera emmenée par Teddy Riner, octuple champion du monde. Les espoirs de l’équipe sont fortes. En-dehors du monument Riner, l’équipe peut compter sur six titres mondiaux, partagés entre Clarisse Agbegnenou, Gévrise Emane, Audrey Tcheuméo et Loïc Piétri. 

Lanceuse de disques

Mélina Robert-Michon participera à ses 5èmes Jeux Olympiques cet été. L’athlète de 37 ans, originaire de Voiron (région Rhône-Alpes), a réalisé les minima avec 62,05 mètres lors de la Coupe d’Europe en mars dernier en Roumanie. La Française poursuit sa préparation notamment au travers des étapes de la Ligue de Diamant. Elle a d’ailleurs signé sa meilleure performance de la saison le 16 juin à Stockholm avec un jet à 64,96 mètres, la plaçant seconde du concours. 

Le mal du pays

L’Etat du Brésil a déclaré ce vendredi l’état de « calamité publique ». On connaissait l’état de catastrophe naturelle ou encore l’état d’urgence mais pas encore celui décrit pas les Brésiliens. La mesure va permettre au pays de débloquer des fonds pour financer les Jeux et assurer les services publics malgré la crise budgétaire colossale qui touche le pays. Crise financière doublée d’une crise politique avec la très controversée Dilma Rousseff, suspendue de son poste de présidente du pays. Les Jeux pourraient ainsi subir l’orage qui gronde sur le Brésil. Les questions demeurent sur la bonne tenue de l’événement et notamment sur la personnalité chargée d’inaugurer ces 31èmes olympiades de l’ère moderne. 

Jeune pousse olympique

Marjorie Gestring est la plus jeune athlète (hommes et femmes confondus) à avoir remporté une médaille d’or dans l’histoire des Jeux Olympiques. Née en 1922 à Los Angeles et décédée en 1992, l’Américaine a remporté un titre à l’âge de 13 ans en plongeon à 3 mètres. Elle a réalisé cet exploit aux Jeux de Berlin en 1936. Marjorie Gestring était aussi passionnée de piano. La blondinette qu’elle était en 1936 a ainsi marqué durablement l’histoire sportive. L’âge minimum requis pour les Jeux est actuellement fixé à 14 ans. 

Basket étoilé

80 ans et toujours pas une ride ! La basketball sera encore super star cet été avec douze équipes féminines et masculines présentes pour les tournois. Alors que les Françaises tentent d’obtenir leur ticket pour Rio au Tournoi Qualificatif Olympique (TQO) à Nantes cette semaine, les autres nations se préparent pour la compétition de l’été. Côté compteur, les Etats-Unis sont les rois en matière de médailles. L’équipe féminine a déjà glané neuf médailles olympiques dont sept en or, une en argent et une en bronze. C’est tout simplement la sélection nationale la plus titrée en la matière. Leurs homologues masculins sont également les plus titrés avec 17 médailles (dont 14 titres olympiques)

Les médailles dévoilées

Les médailles des Jeux Olympiques et Paralympiques de Rio ont été dévoilées ce mardi par le comité organisateur et la Maison de la Monnaie du Brésil. Le détail des métaux met en avant l’absence de mercure dans les médailles d’or. Les breloques en argent et en bronze seraient faites de matériaux à 30% recyclés. 2 488 médailles olympiques et 2 642 médailles paralympiques ont été produites par la Maison de la Monnaie du Brésil. Le ruban qui permet d’accrocher la médaille au cou des athlètes est à 50% issu de plastiques recyclés. Autre détail d’importance, les médailles paralympiques (au cordon orange et en vert pour les médailles olympiques) sont équipées de petits grelots pour les malvoyants. 

Sincy à Rio

La sélection canadienne de football a décroché son ticket pour Rio en battant le Costa Rica 3-1 lors des demi-finales du championnat de qualification olympique de la CONCACAF fin février. Médaillées de bronze en 2012 à Londres, les Canadiennes sont emmenées par la célèbre Christine Sinclair alias Sincy. La capitaine âgée de 33 ans, fait partie de l’équipe nationale depuis plus de seize ans et a déjà participé à deux olympiades (en 2008 à Pékin et 2012 à Londres). Issue d’une famille de footballeurs, Sincy a été élue dix fois joueuse canadienne de l’année et nominée à six reprises meilleure joueuse de l’année par la FIFA. 

Rebondissante

Karen Cockburn est une des athèles féminines la plus décorée en matière d’olympisme. Cette gymnaste canadienne de 35 ans est spécialiste de trampoline. La jeune femme compte trois médailles : deux en argent et une en bronze. Karen Cockburn a commencé le trampoline à l’âge de 11 ans. Il s’agissait alors d’un sport pour se préparer à deux autres disciplines, le plongeon et la gymnastique. Côté vie privée, Karen Cockburn peut parler de sa passion avec son mari, Mathieu Turgeon, également spécialiste de trampoline (il a obtenu le bronze en 2000 à Sydney). 

Fan de vitesse

Icône du cyclisme sur piste, Félicia Ballanger a régné sans partage sur la vitesse entre 1995 et 2000 au niveau mondial. Cette Vendéenne née en 1971, tenta une première fois sa chance olympique à Barcelone en 1992 où elle a finalement terminé 4ème. Le déclic viendra en 1995 avec un premier sacre au championnat du monde (sur 500m et en vitesse), suivi en 1996 à Atlanta du premier sacre olympique en vitesse. Un palmarès qui s’étoffera en 2000 pour les Jeux de Sydney avec deux titres, en vitesse et sur 500m. 

En cinq épreuves

Le pentathlon moderne verra la participation de la Française Elodie Clouvel. L’athlète de 27 ans est sélectionnée après avoir décroché la seconde place aux championnats du monde qui se sont déroulés en Russie en mai. Elodie Clouvel participera pour la deuxième fois à des Jeux Olympiques. Elle était présente à Londres en 2012 où elle avait terminé 31ème au classement général. A Rio, la journée des épreuves (course à pied, tir au pistolet, natation, équitation et escrime)  pour les femmes est programmée le 19 août. 

Nations de football

Une petite news sur le foot en ce jour de début d’Euro ! Une info pour rappeler que les Jeux seront le théâtre de matchs au plus haut niveau avec les meilleures équipes féminines mondiales. Douze équipes disputeront le tournoi féminin à Rio. Parmi elles les Etats-Unis, la sélection qui compte le plus de médailles olympiques avec cinq breloques dont quatre en or et une en argent. La Coupe du monde de l’année dernière au Canada avait déjà battu tous les records en terme d’audience et de popularité. Les Jeux de Rio seront sans conteste une fois encore la vitrine d’un football technique et spectaculaire. 

Elles rouleront à Rio

Les semaines de juin voient se préciser les noms des athlètes qui partiront officiellement pour les Jeux. Le cyclisme sur route français sera représenté par Pauline Ferrand-Prévot et Audrey Cordon. Les deux jeunes femmes seront présentes sur la course et le contre-la-montre. Perrine Clauzel défendra les couleurs tricolores en VTT. La plus connue des cyclistes, Pauline Ferrand-Prévot a toutefois mis un bémol à ce futur voyage. Touchée par une sciatique, la jeune sportive se soigne mais laissera sa place si elle ne retrouve pas 100% de ses capacités avant les Jeux. 

Au volant avec Delphine Lansac

Delphine Lansac, 21 ans, représentera la France cet été à Rio en matière de badminton ! La licenciée du club d’Oullins, est spécialiste du simple et du double dames. Classée 49ème au niveau mondial en simple et 36ème en double avec Emilie Lefel, Delphine Lansac sera la seule badiste féminine française présente à Rio. Ce sera pour la numéro 1 française une première participation. Elle sera néanmoins accompagnée par Brice Leverdez, autre badiste français.  

Des athlètes comme les autres

Le Comité Olympique International, le CIO, a dévoilé la composition de l’équipe des réfugiés figurant à Rio. Ils seront dix athlètes dont cinq coureurs du Sud Soudan, deux nageurs de Syrie, deux judokas de la République Démocratique du Congo et un marathonien d’Etiophie. L’équipe compte quatre femmes : Anjelina Nadai Lohalith (1500 m), Rose Nathike Lokonyen (800 m), Yusra Mardini (nageuse) et Yolande Mabika (judokate). Le CIO entend ainsi envoyer un message d’espoir à tous les exilés. Son président Thomas Bach ajoute : « nous signifions à la communauté internationale que les réfugiés sont nos frères et qu’ils ont beaucoup à apporter à la société. »

 

Règne du soccer

Mia Hamm est sans conteste la footballeuse la plus connue des dernières décennies. Aujourd’hui âgée de 44 ans, l’Américaine a connu la gloire olympique une première fois aux Jeux d’Atlanta en 1996. Buteuse en finale, elle contribue à la victoire d’équipe (2-1) sur la Chine. A la fois attaquante et milieu de terrain, Mia Hamm a participé ensuite aux Jeux de Sydney où les Etats-Unis ont perdu en finale face à la Norvège. Athène, en 2004, verra un second sacre de l’Américaine qui prendra sa retraite à ce moment-là. 

 

La joueuse figure dans la vitrine dédiée (en photo) au football international au musée de la FIFA à Zurich (http://women-it.fr/les-filles-en-vitrine/). 

Elle rame

L’aviron sera visible à Rio cet été. Il compte dans ses rangs Elisabeta Lipa (51 ans), ancienne athlète roumaine aujourd’hui ministre dans son pays. Elle est la rameuse la plus médaillée en aviron aux Jeux Olympiques avec huit médailles (cinq en or, deux en argent et une en bronze). Son premier titre a été acquis en 1984 à Los Angeles en deux de couple avec une autre Roumaine, Marioara Popescuy. A Rio, six épreuves féminines prendront place, dans des bateaux avec un, deux, quatre ou neuf rameurs (en incluant le barreur). 

Sarah et Estelle

Sarah Ourahmoune (34 ans) est la première française à s’être qualifiée en boxe pour les Jeux de Rio après avoir pris la médaille de bronze au Championnat du monde amateurs à Astana au Kazakhstan en mai dernier. Elle combattra chez les poids mouches, moins de 51 kilos. Elle a été suivie par une autre Française, Estelle Mossely (24 ans), devenue championne du monde chez les moins de 60 kilos et de fait qualifiée pour l’Olympiade et ses trois catégories féminines. 

Halte à la manipulation

La délégation française comptera dans ses rangs un « délégué intégrité ». Ce type de fonction existait déjà dans les fédérations sportives et les ligues professionnelles. Les délégués doivent surveiller le risque de manipulation des compétitions sportives. Comprendre par là les paris faits par les sportifs eux-mêmes ou par des tiers pour leur bénéfice. Les participants aux Jeux ont également interdiction de divulguer des informations privilégiées sur les compétitions. 

Le Comité National Olympique et Sportif Français a annoncé la désignation d’un délégué intégrité pour les Jeux de Rio. Cette personne assurera ce rôle pendant toute la durée de la compétition et sera en lien avec l’Autorité de Régulation des Jeux en Ligne (ARJEL). Le délégué, sur sa propre initiative ou sur sollicitation d’un sportif, pourra joindre une plate-forme dédiée 7 jours sur 7 et 24h sur 24. 

En selle

L’Union Cycliste Internationale (UCI) a annoncé aujourd’hui la qualification d’un peloton de 67 concurrentes à Rio pour l’épreuve de course en ligne. Parmi les sélectionnées, deux Françaises seront dans le groupe et une pour l’épreuve du contre-la-montre. 38 pays ont répondu aux critères de qualification pour l’épreuve olympique estivale. L’Allemagne, l’Australie, les Etats-Unis et les Pays-Bas sont les pays qui ont obtenu le plus de places en cyclisme. 

Ballon et eau

Rio compte deux tournois de water-polo, un masculin et un féminin. Les femmes participent à cette discpline olympique depuis les Jeux de Sydney en 2000. Les Américaines survolent ce sport et compte le plus de médailles olympiques en la matière (une en or, deux en argent et une en bronze), devant l’Australie et l’Italie. L’équipe US tentera de décrocher un second titre cette année, emmenée par sa capitaine Maggie Steffens. 

Sable doré

Kerry Walsh-Jennigs et Misty May-Treanor sont les athlètes les plus titrées au niveau olympique en matière de volley de plage. Les joueuses, d’origine américaine, ont enchaîné les titres en 2004 à Athènes, 2008 à Pékin et 2012 à Londres. Agée de 37 ans, Kerry Walsh-Jennings poursuit sa carrière tandis que Misty May-Treanor a pris sa retraite après les Jeux londoniens. Kerry Walsh-Jennings sera à Rio avec sa nouvelle équipière, April Ross (34 ans). Cette dernière avait décroché l’argent à Londres avec une autre Américaine, Jennifer Kessy. 

Comme une sirène

Virginie Dedieu a rapporté le bronze olympique à la France en 2000 aux Jeux de Sydney. L’athlète, spécialiste de natation synchronisée, n’était pas seule à ce moment-là. Elle a gagné en duo avec Myriam Lignot. La jeune Virginie Dedieu était également titulaire dans le ballet présent aux Jeux d’Atlanta en 1996. C’était la seule junior et la plus jeune nageuse de la formation. Aujourd’hui âgée de 37 ans, Virginie Dedieu avoue avoir raté deux fois son bac les deux années précédent les Jeux de Sydney. Un exemple de la difficulté à mener de front études et sport de haut niveau.

Les Jeux du style

La bloggeuse de mode Maga Moura a porté la torche olympique dans sa ville natale de Feira de Santana le 25 mai. La Brésilienne est devenue une référence sur le web en matière de fierté « noire » (elle compte plus de 120 000 adeptes sur son compte Instagram). Maga Moura représente les femmes noires et les met en valeur par le style et l’habillement. La jeune femme a été choisie pour son aura mais pas seulement. Elle avoue s’adonner à la course à pied régulièrement. Entre sport et style, il n’y a qu’un pas !

Les breloques

Petit point d’histoire sur les médailles olympiques avec un retour en arrière. Dans l’Antiquité, le gagnant des épreuves recevait une couronne de feuilles d’olivier. Feuilles récupérées sur un arbre sacrée à Olympie et proche du temple de Zeus. La première médaille a fait son arrivée aux Jeux modernes de 1896 à Athènes. En plus de la couronne, l’unique vainqueur se voyait décerner une médaille d’argent et un diplôme. A partir de 1904, aux Jeux de Saint-Louis, la médaille sera en or pour le premier, en argent pour le second et en bronze pour le troisième. Les breloques ont alors été équipées d’un ruban coloré pour les fixer au torse des athlètes. Il faudra attendre les Jeux de Rome en 1960 pour voir la médaille être accrochée au cou des vainqueurs.  

L'élégance incarnée

Kseniya Moustafaeva, 21 ans, a obtenu son ticket nominatif pour Rio aux championnats du monde de Stuttgart en septembre 2015. La gymnaste française, d’origine biélorusse, est l’un des grands espoirs de la gymnastique rythmique tricolore. Kseniya Moustafaeva manquera toutefois deux étapes de la Coupe du Monde (fin mai et début juin) ainsi que les championnats d’Europe en juin en Israël pour cause d’opération de l’appendicite début mai.

Les épéistes en route pour Rio

Le communiqué de presse vient de tomber ! Les Françaises qui iront à Rio pour disputer les épreuves d’épée, en individuel et par équipe, sont désormais connues. Lauren Rembi, Marie-Florence Candassamy et Auriane Mallo sont les titulaires pour les épreuves olympiques. Joséphine Jacques André Coquin est la remplaçante retenue pour les épreuves par équipe. L’épreuve individuelle aura lieu le 6 août tandis que l’épreuve par équipe prendra place le 11. 

Plongée olympique

Le plongeon est une des disciplines de la natation aux Jeux Olympiques. Introduit en 1904 au programme, le plongeon est devenu mixte en 1928. Ce sport à la fois artistique et technique, réservera quatre épreuves féminines cet été. A partir de plongeons à 3 et 10 mètres de hauteur, les athlètes se mesureront au travers d’épreuves individuelles et en duo. Sans grande surprise, le podium des sportives les plus médaillées de la discipline met la Chine à l’honneur. 

Dans la cible

Le tir à l’arc a fait son apparition aux Jeux en 1900. Il a ensuite fait partie du programme olympique en 1904, 1908 et 1920. Ce sport a refait son apparition en 1972 aux Jeux de Munich en Allemagne avec des épreuves individuelles pour hommes et femmes. Les épreuves par équipe ont été introduites en 1988 à Séoul. A Rio cette année, le tir à l’arc comptera 128 archers (dont 64 femmes) et quatre épreuves olympiques. Chez les femmes, les médailles reviennent à la Corée du Sud. Avec trois de ses ressortissantes les plus titrées en la matière. 

Elle a piqué

Laura Flessel (née en 1971) est une escrimeuse française quintuple médaillée olympique. Surnommée la « guêpe », Laura Flessel a pris sa retraite sportive en 2012. Cette spécialiste de l’épée a récolté deux médailles d’or à Atlanta en 1996, en individuelle et par équipe. Elle a ensuite été médaillée de bronze à Sydney en 2000 et a obtenu une médaille d’argent à Athènes en 2004 ainsi qu’une médaille de bronze par équipe. Laura Flessel aura sans conteste inspiré les jeunes escrimeurs. Son audace et son style si « piquant » auront marqué durablement ce sport.  A Rio, le programme comportera trois combats individuels et deux épreuves par équipe. 

Gros bras

L’haltérophilie possède une longue histoire olympique. Entrée aux Jeux d’Athènes de 1896, la discipline s’impose véritablement en 1920 aux Jeux d’Anvers. Ce sport aura pourtant accueilli les femmes tardivement avec une première participation olympique à Sydney en 2000. La parité est aujourd’hui quasiment atteinte avec huit catégories masculines et sept féminines. Deux Chinoises, Yanqing Chen et Chunhong Liu, totalisent le plus de médailles olympiques avec deux breloques en or chacune. 

Sport national

Le tennis de table fait partie du programme olympique depuis les Jeux de Séoul en 1988. C’est le sport de raquette le plus pratiqué au monde. Le palmarès des Jeux est littéralement « trusté » par les Chinois. Autant chez les hommes que chez les femmes, les Chinois ont obtenu le plus de médailles olympiques dans la discpline. Nan Wang, Yaping Deng et Yining Zhang sont les trois femmes les plus titrées. Tournois individuel et par équipe prendront place à Rio. Une nouvelle occasion de détrôner les tenants du titre. 

Retour historique

Le golf revient au programme olympique après 112 ans d’absence. Ce sport n’a été présent que deux fois aux Jeux, en 1900 à Paris et en 1904 à Saint-Louis. Margaret Abbott est de fait la seule médaillée d’or olympique de la discipline. L’Américaine, née en Inde en 1876, a remporté le titre à Paris en 1900 à l’âge de 22 ans. Décrite comme grande et athlétique, Margaret Abbott a fait partie des treize femmes participant aux Jeux de 1900 sur le golf de Compiègne. Elle décrocha l’or sur un parcours neuf trous. A Rio, les concurrentes seront au nombre de soixante et joueront sur un parcours de dix-huit trous. 

Jeune sport olympique

Le BMX figurera au programme olympique de Rio. La discipline est entrée dans l’olympisme en 2008 à Pékin. Cet été, les épreuves seront individuelles, avec un podium masculin et féminin. La France pourrait être représentée par Manon Valentino (26 ans), qui a pris une 3ème place en Coupe du Monde à Papendal aux Pays-Bas début mai. Ce bon résultat place Manon Valentino en première position pour aller à Rio. Résultat complété par une victoire sur l’épreuve Elite Femmes en Coupe de France (7ème manche) le week-end dernier. 

Coup gagnant

Steffi Graf, 46 ans, a été l’une des joueuses de tennis les plus productives de sa génération. Sa carrière professionnelle a démarré en 1982 pour s’arrêter en 1999. La droitière, d’origine allemande, a remporté 107 titres en simple dont 22 du Grand Chelem. Steffi Graf est aussi doublement médaillée d’or olympique aux Jeux de Los Angeles en 1984 (où la discipline était en démonstration) et à Séoul en 1988. Elle a également remporté une médaille d’argent lors des Jeux de Barcelone en 1992. 

Légende des bassins

Il manquera une championne cet été à Rio. La nageuse Camille Muffat, décédée tragiquement le 9 mars 2015 à l’âge de 25 ans, sera présente dans toutes les têtes. Camille Muffat aura marqué les esprits en 2012 aux Jeux de Londres. Jeune talent de la natation française, elle remporte l’or sur le 400 m nage libre le 29 juillet précisément. Camille Muffat devient alors la quatrième nageuse française à gagner un titre individuel aux Jeux après Jean Boiteux en 1952, Laure Manaudou en 2004 et Alain Bernard en 2008. La nageuse a complété son palmarès londonien avec une médaille d’argent sur 200 m nage libre et une médaille de bronze lors du relais 4X200 m nage libre. 

Un triplé

Le triathlon, présent aux Jeux depuis Sydney en 2000, présente la particularité d’avoir trois femmes au palmarès identique. Nicola Spiring (Suisse) championne olympique en titre, Emma Snowsill (Australie, médaillée d’or à Pékin en 2008) et Kate Allen (Autriche, médaillée d’or à Athènes en 2004) sont ex æquo dans le classement olympique avec une médaille d’or chacune. Le triathlon combine la natation, le cyclisme et la course à pied. Toutes les épreuves de l’été auront lieu à la plage de Copacabana. 

En progression

L’olympisme et les femmes, il s’agit là d’une longue histoire. Les sportives ont été présentes aux Jeux Olympiques à partir de 1900. Elles représentaient alors 2% des athlètes présents. Leur nombre n’a cessé de croître. Aux Jeux de Londres en 2012, les femmes représentaient 44% des effectifs. Il manquait l’introduction de la boxe féminine pour faire en sorte que les sportives aient accès à tous les sports olympiques. Ce fût chose faite à Londres. Depuis, la participation féminine a atteint les 44, 2% dans les disciplines olympiques. Autre record, celui du nombre de femmes dans les 34 Comités Nationaux Olympiques, qui a dépassé désormais celui des hommes. 

(Getty Images)

(Getty Images)

En couple

Les Jeux de Rio accueillent des athlètes humains mais aussi des animaux avec les sports équestres (dressage, concours complet et saut d’obstacles). Le cavalier et le cheval concourent ensemble dans des épreuves individuelles ou par équipes. Chez les femmes, la cavalière Anky van Grunsven (photo ci-contre), une Néerlandaise de 48 ans, est la plus médaillée avec neuf breloques dont trois en or. 

Rugby à 7

La discipline fera son entrée pour la première fois aux Jeux Olympiques cet été. Les tournois, masculin et féminin, se dérouleront la première semaine des Jeux au stade Deodoro. Le rugby revient ainsi aux Jeux pour la première fois depuis 1924 (date à laquelle a pris place le dernier tournoi de rugby olympique à XV). Les équipes féminines qualifiées pour Rio sont : l’Australie, le Canada, la Grande-Bretagne, la Nouvelle-Zélande, l’Afrique du Sud, les îles Fidji, la Colombie, les Etats-Unis, la France, le Brésil (en tant que pays organisateur) et le Kenya.

Un peu de "clubbing"

Le club France sera installé au coeur de la « Sociedade Hipica Brasiliera » durant toute la période des Jeux. Avis aux amateurs de sport qui pourront faire le voyage et ensuite direction le sud de Rio de Janeiro, en face de la Lagoa de Freitas, proche des quartiers d’Ipanema ou Copacabana. Le club France accueillera les supporters et les sportifs pour faire la fête au moment des médailles notamment. Ouvert de midi à deux heures du matin, le club retransmettra les épreuves olympiques et organisera aussi des séances de dédidaces avec les athlètes tricolores. Le club France avait accueilli près de 89 000 visiteurs en 2012 lors des Jeux de Londres. 

(Getty Images)

(Getty Images)

Une pépite américaine

Le sourire de Simone Biles étincelle sur le praticable. La jeune gymnaste s’est faite connaître à travers la planète en 2013, à Anvers en Belgique, pour le championnat du monde où elle remporta quatre médailles dont une en or au sol. Désormais âgée de 19 ans, Simone Biles participera à ses premiers Jeux Olympiques cet été. Et son potentiel laisse présager des podiums. L’Américaine est entrée dans l’Histoire en 2015 pour le championnat du monde à Glasgow, en devenant la première gymnaste à remporter trois fois de suite le titre mondial du concours général individuel. Simone Biles entrera en piste à Rio dès le 6 août, au lendemain de la cérémonie d’ouverture. 

La force du collectif

La France a remporté sa première médaille olympique dans cette discipline aux Jeux de Londres en 2012. De quel sport s’agit-il ? Du basket bien sûr ! Les Braqueuses sont parvenues en finale face à la forteresse américaine. Emmenée par Céline Dumerc, certainement l’une des joueuses les plus talentueuses en France, l’équipe tricolore avait tenu son public en haleine pendant la compétition londonienne. Une performance de poids quand on sait que les Etats-Unis enchaînaient leur 41ème victoire de suite aux Jeux et leur cinquième titre olympique… Malgré un score sans appel (50-86), la France a franchi un cap tant sportif que mental. 

Une affaire sérieuse

Quand sport féminin et Nations Unies s’accordent pour lutter contre l’inégalité homme-femme et parer la violence faite aux jeunes filles et aux femmes, la discussion prend une ampleur internationale. Le CIO (Comité International Olympique) et l’ ONU ont organisé conjointement un événement thématique au mois de mars, à New-York, dans le cadre de l’agenda 2030 des Nations Unies. Etaient notamment présentes, Heather Cameron, fondatrice et directrice générale de l’ONG Boxgirls, utilisant la boxe féminine comme catalyseur, Khalida Popal, ancienne capitaine de l’équipe de football d’Afghanistan ou encore Maria Arago, directrice événementielle du club de foot de Valence en Espagne. Entre témoignages et échanges, les femmes présentes ont remis en perspective les inégalités existantes dans le sport mais plus largement dans la vie quotidienne. 

La table-ronde new-yorkaise visait aussi les prochains Jeux de Rio, plaçant le sport comme vecteur d’égalité entre les sexes. Nicole Hoevertsz, leader de la délégation du CIO, espère que l’événement « laissera un héritage durable pour les jeunes filles et les femmes, au Brésil mais aussi dans tous les pays du monde. » 

 

Reine de la piste

Marie-Josée Pérec restera sans doute une icône de l’olympisme français et mondial. Elle demeure la seule athlète française ayant été triple championne olympique (sur 400 m en 1992 à Barcelone et sur 400 et 200 m aux Jeux d’Atlanta en 1996). Aujourd’hui âgée de 48 ans, Marie-Josée Pérec a gardé un lien avec l’athlétisme français en étant devenue ambassadrice de son sport. Elle oeuvre également à la promotion de la candidature parisienne avec d’autres sportifs pour les Jeux de 2024. Marie-Josée Pérec a enfin été intronisée « Gloire du sport » par le Comité national olympique et sportif français.

A la lutte

A J-90, deux lutteurs français avaient déjà obtenu leur ticket pour Rio. Chez les femmes, Cynthia Vescan (catégorie -75 kg), originaire de Strasbourg, s’est qualifiée lors du tournoi olympique de la fin avril à Oulan-Bator en Mongolie où elle a pris la première place. La Française, licenciée au Nice Olympic Lutte, a ainsi rejoint son compatriote Zemlikhan Khadijev pour Rio. Elle participera pour la seconde fois aux Jeux Olympiques après avoir été sortie lors des 8èmes de finale à Londres en 2012 en catégorie -72 kg. Cynthia Vescan sera la seule femme représentant la lutte française.

 

 

Sous serment

Les Jeux de Munich en 1972 ont vu l’athlète allemande Heidi Schüller (saut en longueur) prononcer le serment olympique lors de la cérémonie d’ouverture. Il s’agit de la première femme se prononçant pour les Jeux d’été. Le texte officiel est aussi prononcé par un arbitre et depuis 2012 par un entraîneur. Il est de coutume de tenir un bout du drapeau olympique au moment du discours. Le serment olympique a été écrit par Pierre de Coubertin et rappelle celui des Jeux olympiques antiques qui rendaient hommage aux divinités. Pour l’anecdote, le serment qui a évolué légèrement au fil du temps, a vu les mentions « sans dopage » et « sans drogue » s’ajouter dans le discours lu par les athlètes aux Jeux d’été de Sydney en 2000. 

Coup de pédale

Depuis son entrée aux Jeux de 1996 à Atlanta, le VTT impressionne par sa technique et sa légèreté. Montées et descentes, passages d’obstacles, le maniement du vélo prend une tournure presque artistique à côté de la route ou de la piste. Présent à Rio pour des épreuves individuelles, le VTT est devenu un sport respecté. Côté palmarès olympique, c’est l’Allemande Sabine Spitz, 44 ans, qui possède le plus de médailles. Elle obtient une médaille d’or aux Jeux de Pékin en 2008 en VTT cross-country. Elle avait déjà décroché une médaille de bronze aux Jeux d’Athènes en 2004 et par la suite une médaille d’argent aux Jeux de Londres en 2012. 

Epuisée

L’Américaine Joan Benoit est la première femme à avoir remporté une médaille d’or sur l’épreuve du marathon en 1984 aux Jeux de Los Angeles. C’est l’année d’introduction de la discipline féminine au sein du programme olympique. Joan Benoit, qui avait subi une opération du genou peu de temps avant les Jeux, a terminé son marathon en 2h24 min 52 s. Elle a ainsi franchi la ligne d’arrivée près de 4 minutes avant la seconde athlète, la Norvégienne Grete Waitz. Ce premier marathon féminin olympique restera aussi marqué par la souffrance affichée de Gabriela Andersen-Schiess. La Suissesse est arrivée 37ème de la compétition, dans un état de fatigue et de déshydratation avancé. Elle a terminé sa course, chancelante et prête à s’évanouir. 

Ils ont la flamme

J-94 et arrivée de la flamme olympique à Brasilia. Portée par la volleyeuse brésilienne Fabiana Claudino, la torche va passer dans les mains de 12 000 relayeurs à travers tout le pays jusqu’au coup d’envoi des Jeux de Rio. La première flamme olympique moderne a été allumée pour les Jeux d’Amsterdam en 1928. Elle est amenée depuis les Jeux de Berlin en 1936 au moyen de relais humains. La flamme représente la paix, l’union et l’amitié. L’édition 2016 est à l’image du pays hôte. Le haut de l’objet, de couleur or, représente le soleil ou la médaille d’or. La torche comporte aussi des segments mobiles qui s’étendent verticalement quand la flamme passe d’un relayeur à l’autre (photo ci-dessus). Elle dévoile ainsi les couleurs du Brésil et ses territoires, entre mer et montagne. 

 

En bateau

On remonte le fil de l’Histoire des Jeux avec l’Allemande Birgit Fischer, née le 25 février 1962. C’est l’une des sportives les plus titrées en matière de kayak. Elle est la seule de sa discipline à détenir douze médailles olympiques obtenues en 24 ans au total (entre Moscou en 1980 et Athènes en 2004). 8 sont en or et 4 en argent. C’est aussi la seule sportive à avoir décroché une médaille d’or sur six Jeux Olympiques différents. Birgit Fischer a été nommée « personnalité allemande de l’année » en 2004. Un titre décerné depuis 1947 et déjà attribué à une autre légende du sport, la tenniswoman Steffi Graf. 

Ode à la brasse

La natation est un sport populaire qui s’est organisé au début du XIXème siècle avec la pratique de la brasse notamment. Plusieurs compétitions sont organisées en Angleterre et rendent cette technique très prisée des nageurs. Les femmes ont disputé les premières épreuves de natation lors des Jeux de Stockholm en 1912. Elles y ont depuis toujours participé. L’édition de 1996 à Athènes comptait 17 épreuves où les programmes étaient quasi identiques chez les hommes et les femmes. Seule différence, la distance en matière de nage libre. 800 m pour les femmes et 1500 m pour les hommes. 

Les Paralympiques

Les Jeux Paralympiques suivront les Jeux Olympiques au mois de septembre. Ils rassembleront 4350 athlètes provenant de 176 pays. 528 épreuves seront disputées en onze jours, entre le 7 et le 18 septembre. 226 épreuves sont destinées aux femmes, 264 aux hommes et 38 seront mixtes. Les Jeux Paralympiques comptent 23 sports, dont deux nouveautés ave le triathlon et le canoë. 

Perfection du geste

Evoquer les Jeux Olympiques c’est aussi se rappeler de la performance historique de la gymnaste Nadia Comaneci. La Roumaine a obtenu la première note parfaite aux barres asymétriques avec un 10,0 en 1976 aux Jeux de Montréal. Elle avait alors 14 ans. Plus jeune médaillée de l’histoire des Jeux, toutes disciplines confondues, elle obtiendra six autres fois la note ultime. Au total, Nadia Comaneci a remporté neuf médailles olympiques dont cinq en or. 

Les Jeux en chiffres

Il reste 99 jours avant les Jeux qui se tiendront du 5 au 21 août 2016. 10 500 athlètes sont attendus provenant de 206 pays. Sur 17 jours, 306 épreuves seront disputées avec remises de médailles. Les Jeux Olympiques comptent plus d’épreuves destinées aux hommes (161) qu’aux femmes (136). 9 épreuves seront mixtes. Au total, 42 sports seront mis à l’honneur. 

La sportive la plus titrée

Il s’agit de la gymnaste Larissa Latynina. L’athlète soviétique née en 1934 a été la première femme à remporter neuf titres olympiques dont le premier en 1956 à Melbourne en Australie. Elle a été pendant 48 ans la sportive la plus titrée aux Jeux avec 18 médailles au total (neuf en or, cinq en argent et quatre en bronze). Rentrée en 1998 au Hall of Fame de la gymnastique, Larissa Latynina a été détrônée par le nageur Michael Phelps en 2012 lors des Jeux de Londres. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.